Jim Keltner, l’un des batteurs de session les plus respectés de l’histoire

Jim Keltner

Lorsque vous entendez les meilleurs batteurs, vous pensez probablement qu’il s’agit de quelqu’un qui a suivi de nombreuses années d’entraînement. Eh bien, en partie, c’est vrai.

Pour Jim Keltner, il ne s’agissait pas seulement de s’entraîner. Le batteur avait le nez pour l’excellente musique et était doué pour capturer les meilleures scènes. À ce titre, il est l’un des batteurs de session les plus respectés de l’histoire.

Sa signature figure à la base de milliers de disques, et avec de nombreuses autres figures majeures. Parlez de « Imagine » de John Lennon, ou de « Photograph » de Ringo Starr, et vous comprendrez quel genre de batteur Jim était.

C’est lui qui est à l’origine d’une grande partie de la production solo de George Harrison qui a bouleversé les industries. Comme si cela ne suffisait pas, son rôle dans les deux albums des Traveling Wilburys, dans « Full Moon Fever » de Tom Petty, dans « Knockin’ on Heaven’s Door » de Bob Dylan et dans « Josie » de Steely Dan, a contribué à porter ces morceaux à de grands sommets. Et ce ne sont là que quelques exemples parmi les nombreux autres musiciens avec lesquels il a travaillé.

Il peut sembler que Jim ait contribué à la croissance de presque tous les grands musiciens. Il ne s’agit donc pas de savoir qui a travaillé avec lui, mais qui ne l’a pas fait. Son travail avec Harry Nilsson, les Bees Gees, Pink Floyd, Randy Newman, Carly Simon, Joni Michell, le Pretender et bien d’autres personnalités ne peut passer inaperçu. Son travail consiste principalement à créer de nouvelles idées et à les injecter dans chaque aspect de sa performance.

Lisez aussi :  Michael Shrieve, de Santana aux Rolling Stones, une formidable polyvalence

Jim est né dans l’Oklahoma, mais il a grandi à Pasadena, en Californie. Ce n’est que dans les années 60 qu’il se concentre sur les sessions sérieuses. Sa carrière a démarré plus rapidement que celle de tout autre batteur, l’exposant à presque tous les débuts de la pop et du rock.

Il n’était pas homme à prendre un travail à la légère, ce qui lui valut une excellente réputation et le respect de ceux avec qui il travaillait.

Jim était reconnu pour ses nombreux talents. Tout d’abord, il avait un fond fiable et digne de confiance qui mettait tout le monde à l’aise autour de lui. De plus, il était doté d’une aisance qui se répercutait non seulement sur la batterie mais aussi sur son équipe.

Cela l’a aidé à travailler en parfaite harmonie avec les autres, leur donnant le sentiment d’avoir pris la bonne décision en le choisissant. Il était également une personne amicale, abordant tout le monde avec le même respect que celui qu’on lui accordait. Mais la caractéristique la plus importante était sa subtilité et sa polyvalence à l’école du jazz. Il avait une telle connaissance de la batterie qu’il n’avait pas besoin d’apprendre une chanson pendant plusieurs heures.

« Jim réagit à tout ce qui se passe dans la musique », a déclaré Leon Russell, qui a travaillé avec lui pendant plusieurs années. L’une des déclarations qui a impressionné Russell est la suivante : « J’ai beaucoup de gens qui me disent : tu n’as pas l’air de jouer quand tu joues. »

C’est une chose qui faisait que Jim se distinguait de tous les autres batteurs. Il n’utilisait jamais trop d’énergie, pourtant les sons étaient toujours au point. Son idée principale résidait dans les « différentes façons de jouer de la batterie, tout comme une guitare », ce qui l’aidait à investir de nouvelles approches chaque fois qu’il tenait des baguettes.

Lisez aussi :  Chris Dave : Connu sous le nom de Daddy

Guide comparatif des meilleures batteries electroniques
Logo
Shopping cart