Elektron Model:Cycles : Avis et Test complet

Elektron Model Cycles

Présentation de la Elektron Model:Cycles

La série Model d’Elektron a fait ses débuts l’année dernière avec le Model:Samples, une groovebox alimentée par des échantillons et basée sur le moteur de l’échantillonneur Digitakt de la marque.

Logée dans un châssis blanc et léger – différent de l’esthétique sombre et lourde habituelle de la société – la Model:Samples s’est distinguée par un prix abordable, inférieur à 400€, et un flux de travail considérablement plus accessible que les conceptions profondes et complexes pour lesquelles les appareils Elektron sont réputés.

Dans un geste qui ne surprendra personne, Elektron étend maintenant la gamme avec un deuxième instrument, cette fois-ci basé sur le moteur sonore du Digitakt, l’instrument frère du Digitone.

Comme pour le Digitone, Model:Cycles est basé sur un moteur de synthé polyphonique FM (modulation de fréquence) associé à un séquenceur de 64 pas. Contrairement à Model:Samples, qui pourrait être décrit comme étant essentiellement le même que Digitakt avec quelques fonctionnalités en moins, Model:Cycles n’est pas simplement une version allégée du Digitone. Bien qu’il utilise le même moteur sous-jacent à quatre opérateurs, la façon dont l’édition sonore est présentée signifie que les deux sont sensiblement différents dans leur utilisation.

Alors que le Digitone dispose de quatre moteurs de synthèse entièrement modifiables, chacune des six pistes de Model:Cycles est chargée avec l’une des six variétés de Machine, qui adaptent le moteur sonore et les commandes du panneau avant pour faciliter la création d’un type de son spécifique.

Les machines sont appelées Kick, Snare, Perc, Metal, Tone et Chord, dont les utilisations sont assez explicites – les quatre premières étant des sons de batterie de base (Metal est essentiellement un générateur de chapeau/cymbale), les deux dernières fournissant respectivement des sons de synthé monophoniques et paraphoniques.

Hautes performances

Du point de vue de la conception, Model:Cycles est presque identique à Model:Samples, l’interface utilisateur et la fonctionnalité du séquenceur sont exactement les mêmes, seuls l’étiquetage et la fonction des paramètres sonores de base différencient les deux.

Comme auparavant, il y a un principe de bouton par fonction où chacun des principaux paramètres sonores a son propre rotatif en façade. Quelques fonctions nécessitent une pression sur un bouton, mais elles sont généralement limitées aux menus de réglage et à quelques paramètres moins pratiques.

Ce qui est différent ici, c’est que la fonction de certains rotatifs change en fonction de la Machine actuellement chargée. Le bouton Color au nom assez générique, par exemple, contrôle la modulation du Kick, le contenu inharmonique de la Snare, et l’étalement de la note/unisson pour le mode Accord. Les autres commandes multifonctionnelles – Shape, Sweep et Contour – sont utilisées pour modifier un ensemble de paramètres tout aussi variés.

Il convient également de noter que Model:Cycles ne permet de contrôler que quelques paramètres du moteur de synthèse ; il n’y a pas d’accès aux algorithmes ou aux réglages individuels des opérateurs, ce qui signifie que ceux qui s’attendent à des outils de conception sonore FM à part entière risquent d’être déçus.

Elektron Model Cycles face

Pour ceux qui ont l’expérience de Digitone, cela peut rendre Model:Cycles un peu superficiel au début, mais plus vous l’utilisez, plus il devient clair que c’est un choix intelligent.

Model:Cycles est présenté comme un groovebox, plutôt qu’un synthé à part entière, et le design reflète très bien cela. Bien que cela signifie qu’il ne peut pas être utilisé pour créer des textures sonores personnalisées à partir de zéro, les sélections de paramètres permettent un contrôle bien pensé dans le cadre des attributions spécifiques de chaque Machine.

Bien que la dénomination générique signifie qu’il peut être, du moins au début, un peu difficile de se rappeler exactement quel bouton fait quoi, la nature sélective des paramètres signifie qu’il est possible de les modifier de façon aléatoire sans craindre de transformer accidentellement votre son finement réglé en quelque chose de désagréable à écouter (ce qui est beaucoup trop facile à faire sur les synthés FM traditionnels).

En ce qui concerne les sons eux-mêmes, Model:Cycles a de quoi plaire. La synthèse par modulation de fréquence est généralement négligée en tant que source de sons de percussion, au profit des générateurs de sons soustractifs ou basés sur des échantillons que l’on trouve dans les 808, 909, LinnDrum et leurs innombrables successeurs et imitateurs.

Bien qu’il ne s’agisse pas de la meilleure approche pour générer des sons de batterie « réalistes », elle est idéale pour les textures plus étranges, les frappes de percussion métalliques et les coups de pied et les caisses claires très percutants (ce qui est facilité par l’ajout d’un nouveau paramètre Punch, qui peut ajouter une pseudo-compression et une distorsion aux sons et aux frappes individuels).

En tant que tel, il ne satisfera pas ceux qui recherchent des caisses claires poussiéreuses de hip-hop ou des éclaboussures de cymbales réalistes, mais ceux qui travaillent dans des genres électroniques ou expérimentaux trouveront de quoi se mettre sous la dent.

Il ne faut pas oublier non plus que Model:Cycles est plus qu’une simple boîte à rythmes. Bien que les générateurs d’accords et de sons n’aient pas l’étendue sonore d’un synthétiseur dédié, il existe une bonne gamme de sons utilisables, en particulier en ce qui concerne les basses lancinantes et les stabs d’accords scintillants. Puisque n’importe quelle machine peut être appliquée à n’importe laquelle des six pistes, rien ne vous empêche de charger uniquement des générateurs de sons et d’accords et d’utiliser les grooveboxes à des fins purement mélodiques.

Utilisées de cette manière, les légères limitations du mode Accord peuvent s’avérer très inspirantes. Plutôt que d’agir comme un véritable polysynth, ce générateur utilise les quatre opérateurs du moteur FM pour jouer des notes individuelles ou créer un effet d’unisson étalé.

Le séquenceur de Model:Cycles est monophonique, les formes d’accords sont donc dictées par une liste de préréglages qui se trouvent sous le paramètre Shape, et qui peuvent être séquencés avec Pitch pour programmer des progressions. Ce n’est pas idéal pour, disons, créer des parties de piano plus vraies que nature ou des mélodies complexes, mais cela s’avère excellent pour inspirer des motifs d’accords à la Detroit et des grooves mélodiques retardés. La seule chose qui manque et que nous aurions aimé avoir est un arpégiateur simple, mais il y a toujours beaucoup de plaisir à générer des idées de riffs.

Comme pour le Model:Samples, le véritable point fort est le séquenceur. Chaque piste possède sa propre voie de séquenceur de 64 pas, dont la longueur et la vitesse peuvent être réglées individuellement. La fonction Parameter Locks d’Elektron permet une automatisation complète par pas de toutes les commandes en façade. Elle peut même être utilisée pour changer les machines en cours de séquence, ce qui signifie qu’une seule piste peut être utilisée pour séquencer plusieurs sons.

Elektron Model Cycles 1 1

Le meilleur de tous est l’inclusion du paramètre de chance et des verrous conditionnels. Ils permettent un contrôle approfondi de la probabilité et des conditions qui déterminent si un hit sera joué sur n’importe quel pas du séquenceur. C’est un outil merveilleusement pratique pour ajouter de la variété et de l’intérêt à des grooves autrement statiques et, avec un contrôle dédié en façade, il est ici le plus utilisable et le plus intuitif.

Il y a quelques points faibles à cet appareil. En premier lieu, l’absence de sorties individuelles est une déception. Compte tenu du prix, il est assez compréhensible qu’il n’y ait qu’une seule paire stéréo de sorties matérielles principales (plus une sortie casque), mais les Model:Cycles peuvent également être utilisés pour diffuser de l’audio directement sur USB vers un DAW, et il est dommage que cela soit limité à deux canaux. Des sorties de pistes virtuelles complètes, plus des sorties pour les auxiliaires de délai et de réverbération, ajouteraient vraiment à la convivialité de l’appareil en studio.

Il s’agit néanmoins d’une groovebox très agréable et puissante, et son prix est très intéressant. Contrairement à son prédécesseur Model:Samples, qui ressemblait beaucoup à un Digitakt réduit, il ne s’agit pas seulement d’une version tronquée du Digitone. La conception des machines et la sélection des commandes en façade donnent au Model:Cycles sa propre saveur percussive et son propre flux de travail créatif. Si son son ne convient pas à tout le monde, nous sommes sûrs qu’il en séduira plus d’un.

Spécifications techniques

  • 6 Ă— Machines Ă  base de FM
  • 1 Ă— LFO assignable par piste
  • 1 Ă— modulation de vĂ©locitĂ© assignable par piste
  • Espace de stockage pour jusqu’à 60 000 presets
  • 6 Ă— Pistes audio (qui peuvent toutes ĂŞtre utilisĂ©es comme pistes MIDI)
  • SĂ©quenceur Elektron avec jusqu’à 64 pas.
  • Paramètres uniques de longueur et de gamme par piste
  • Verrouillage des paramètres
  • Micro timing
  • Conditions de dĂ©clenchement
  • Retrigger assignable
  • Enregistrement en temps rĂ©el ou sur grille des notes et des paramètres
  • 96 Ă— Projets
  • 96 Ă— Patterns par projet
  • Effets d’envoi et effets maĂ®tres
  • Effets d’envoi de dĂ©lai et de rĂ©verbĂ©ration
  • 6 Ă— Pads sensibles Ă  la vĂ©locitĂ©
  • USB audio 2.0 conforme Ă  la norme
  • 1 Ă— Prise casque stĂ©rĂ©o 1/4
  • 2 prises de sortie audio symĂ©triques Ă  impĂ©dance de 1/4″.
  • 1 Ă— port Micro B USB 2.0 haut dĂ©bit
  • Prises MIDI In, Out/Thru TRS 3,5 mm Ă  double polaritĂ©
  • Écran LCD 128 Ă— 64 pixels
  • Convertisseurs N/A 48 kHz, 24 bits
  • Port USB 2.0 Micro B haut dĂ©bit
  • EntrĂ©e d’alimentation : jack barillet positif central 3,5 Ă— 1,35 mm, 5 V CC, 1 A
  • EntrĂ©e de la batterie : Jack barillet positif central 5,5 Ă— 2,1 mm, 4-10 V CC
  • 2 Ă— fentes pour la fixation de la poignĂ©e d’alimentation BP-1 (le bloc-piles sera disponible ultĂ©rieurement)
  • L 270 Ă— P 180 Ă— H 39 mm (10,7″ Ă— 7,1″ Ă— 1,6″) (boutons et pieds inclus)
  • Poids : environ 0,80 kg (1,8 lbs)

Caractéristiques de la Elektron Model:Cycles

Vous connaissez Digitone ? Eh bien, faites-vous une faveur : oubliez ça. Pour comprendre Model:Cycles, il est préférable de partir d’une feuille blanche et de ne pas forcer les similitudes avec d’autres produits préexistants, car Elektron voulait faire quelque chose de très différent d’eux. Model:Cycles est un tout nouveau concept de groovebox entièrement réalisé en FM « simplifiée » et géré par un séquenceur monophonique six pistes (T1 à T6). Dans le manuel, la société souligne son lien profond avec la synthèse par modulation de fréquence et affirme avoir pris le moteur sonore de Digitone et l’avoir réorganisé en six Machines prédéfinies. Ces six « machines » sont appelées Kick, Snare, Metal, Perc, Tone et Chord, et ne sont rien d’autre que des algorithmes FM précuits pour générer un type de son spécifique.

Lisez aussi :  Yamaha DTX6K-X : Avis et Test complet

Avec Model:Cycles, il n’y a donc pas de synthèse FM pure, comme c’était le cas avec les premières séries Yamaha DX, par exemple, où tout son provenait uniquement du rapport de fréquence entre la porteuse et les modulants, et de leurs rapports d’amplitude respectifs. Au contraire, ici on part d’une base algorithmique précise pour ensuite la modifier avec des macro-commandes qui interviennent sur une multiplicité de paramètres invisibles pour l’opérateur. Sur les 17 boutons de la façade, huit sont dédiés à ces macro-commandes appelées Pitch, Decay, Colour, Shape, Sweep, Contour, LFO Speed, Volume+Dist et ont des comportements différents selon la Machine sélectionnée.

Il y a six pistes et six machines, mais si vous pensez maintenant que chaque piste du séquenceur est rigidement liée à un type de machine prédéterminé, vous ne rendriez pas service à l’imagination des concepteurs d’Elektron : il est vrai que pour les projets plus traditionnels, vous assignerez le Kick à T1, la Snare à T2 et ainsi de suite, mais en réalité vous pouvez librement assigner les différentes machines à n’importe quelle piste, vous pourriez donc vous retrouver avec trois Kicks différents assignés à T1, T2 et T3, le Metal à T4 et deux Tones différents à T5 et T6. La flexibilité de la gestion des voies en ce sens est maximisée.

Le +Drive est la mémoire globale de la machine, qui contient les 96 projets mémorisables et leurs composants. Un projet est défini comme un ensemble de 96 motifs, organisés en six banques A/B/…/F et numérotés de A01 à F16. Chaque motif contient les six pistes T1/T2/…/T6 et 70 presets de timbre. Chaque piste pilote à la fois le générateur de sons interne et les ports MIDI : le numéro de note et la vélocité sont transmis sur ces derniers, et chaque piste peut être assignée à un canal MIDI différent. Il est donc également possible d’utiliser Model:Cycles comme un séquenceur de matériel externe, avec la réserve que chaque piste est et reste monophonique même en transmission MIDI.

Côté matériel

Model:Cycles vit à l’intérieur d’un boîtier en plastique dur de couleur grise qui rappelle les périphériques de PC des années 1980/90. Des raisons de maîtrise des coûts ont évidemment empêché ici l’adoption des boîtiers métalliques et des boutons fins présents dans les modèles supérieurs, mais cela ne signifie pas que le Cycles est mal fait, au contraire ! Les boutons sont en caoutchouc rétroéclairé par des LED, les encodeurs sont tous à course infinie avec un excellent degré de résistance et il n’y a pas de mortifications dimensionnelles car l’appareil est « juste » grand : les dimensions sont en effet de 270 × 180 × 39 mm et Elektron a même réussi à y disposer les 16 boutons en une rangée qui correspondent aux seizièmes d’une mesure 4/4, avec une disposition qui fait envie à ses sœurs Digi, qui doivent se contenter d’une disposition 8 x 2 moins intuitive.

La catégorie de prix est certainement mise en valeur par l’écran, qui est petit et monochrome : il s’agit d’une unité LCD rétroéclairée de 128 x 64 pixels, à l’intérieur de laquelle les concepteurs ont néanmoins représenté des graphiques et des animations qui donnent vie à la machine.

Elektron Model Cycles arrière

Les connexions sont toutes situées à l’arrière et comprennent la prise pour l’alimentation externe (fournie), les deux sorties audio gauche et droite sur des jacks 6,35, la prise casque (à nouveau jack ¼ pouce), les prises MIDI sur un mini-jack converti en DIN par deux adaptateurs externes et le port micro-USB. Quelques observations : 1) tout d’abord, Elektron ne renonce pas aux connexions audio symétriques, et c’est un gros plus pour la machine ; 2) le flair stylistique de la société se manifeste également au niveau des adaptateurs MIDI, dont le câble est recouvert d’une chaussette en soie et non d’un caoutchouc plus banal ; 3) le port USB peut transporter aussi bien du MIDI que de l’audio, mais pour l’instant le matériel ne dispose pas de pilotes ASIO et ne peut donc fonctionner qu’en mode class-compliant. C’est dommage, car la fonctionnalité de transport audio est complète. En fait, il est possible d’activer séparément les six pistes distinctes sur USB pour décider lesquelles enregistrer et traiter individuellement dans un DAW.

Dans l’ensemble, la construction semble bien soignée et ne souffre pas des baisses de qualité qui se cachent toujours dans la gamme des prix budgétaires.

Générateur de sons

Comme mentionné plus haut, la génération Model:Cycles s’articule sur six Machines différentes qui ne sont rien d’autre que des presets d’algorithmes FM dédiés à la production de familles de sons très spécifiques.

Quatre des boutons d’édition de timbre, plus précisément ceux nommés Color, Shape, Sweep et Contour, assument des fonctions différentes selon la Machine sélectionnée. Nous analyserons ensuite les personnalités des six « machines » et verrons ce que font les boutons d’édition dans chacune d’elles :

  • Kick est la Machine de Model:Cycles dĂ©diĂ©e aux sons de grosse caisse. Colour fait ressortir la composante timbrale d’une onde carrĂ©e modulante, rendant le son progressivement plus brillant. Shape introduit une onde triangulaire modulante et augmente le feedback, de sorte que le son devient progressivement plus clair et prĂ©sente une composante de bruit blanc. Sweep augmente progressivement la profondeur et la longueur de la modulation de hauteur descendante. Contour ajuste la profondeur de l’enveloppe modulante, de sorte que la percussion devient de plus en plus dĂ©finie et nette.
  • Snare est l’algorithme Ă©videmment dĂ©diĂ© aux sons de caisse claire. Ici, Color dĂ©termine la composante inharmonique du son et Shape la quantitĂ© de modulation FM et la quantitĂ© de feedback que l’entrĂ©e de bruit graduel apporte. Le balayage et le contour ont les mĂŞmes fonctions que le coup de pied.
  • Metal est la machine de Model:Cycles dĂ©diĂ©e Ă  la production de sons de charleston et de cymbales, mais aussi d’autres « clangs » moins polis et ordinaires. En raison du laconisme du manuel, il est difficile de comprendre comment est organisĂ© l’algorithme utilisĂ©, mais il y a probablement deux modulants qui influencent une porteuse, et les commandes Color et Sweep agissent sur le dĂ©calage de frĂ©quence du modulant A et du modulant B sur la porteuse. En agissant sur eux, on augmente la hauteur et aussi la complexitĂ© du son mĂ©tallique produit. La forme affecte la profondeur de modulation des modulateurs sur la porteuse et la rĂ©troaction, et encore une fois, si elle est poussĂ©e vers le haut, elle introduit du bruit. Contour règle enfin la profondeur de l’enveloppe du modulateur.
  • Perc est une machine qui traite des sons de batterie allant d’un tom Ă  une conga en passant par un bongo, et qui s’enfonce dans des territoires plus inharmoniques avec une composante mĂ©tallique si vous poussez vers les extrĂŞmes des valeurs d’édition. La couleur dĂ©termine la quantitĂ© de composante inharmonique, tandis que la forme la profondeur du modulateur sur la porteuse. Sweep règle l’excursion de la hauteur et Contour la profondeur de l’enveloppe de modulation.
  • Tone est la machine de Cycles pour gĂ©nĂ©rer des sons accordĂ©s et c’est celle que vous utiliseriez typiquement pour une ligne de basse ou une sĂ©quence de synthĂ© solo. Il provient d’une FM normale Ă  deux opĂ©rateurs oĂą Color dĂ©termine le rapport modulant/porteur, Shape la profondeur du modulant/porteur, Sweep la rĂ©troaction et Contour la profondeur de l’enveloppe de modulation.
  • Chord est peut-ĂŞtre la Machine la plus difficile Ă  comprendre car il a Ă©tĂ© dit plus haut que Model:Cycles a six pistes monophoniques et ici je ne peux que le confirmer, cependant… Mais dans ce cas la Machine produit des accords du fait qu’elle utilise un algorithme avec quatre opĂ©rateurs FM qui peuvent chacun ĂŞtre accordĂ©s sur des notes diffĂ©rentes. Mais attention, ce n’est pas que vous choisissez ces accords en temps rĂ©el en appuyant sur plusieurs notes du clavier. Non, ils sont prĂ©dĂ©terminĂ©s par l’algorithme qui, pour diffĂ©rentes positions des boutons Colour et Shape, Ă©tablit diffĂ©rents intervalles entre les quatre opĂ©rateurs. Il est donc possible de produire des accords majeurs, des accords mineurs, des accords de septième, etc.

Si vous croisez maintenant cette fonction avec le verrouillage des paramètres, vous vous rendrez rapidement compte qu’il est possible de définir un type d’accord différent pour chaque étape en automatisant le paramètre Shape, même s’il faut reconnaître que la tâche de composer une progression harmonique prédéterminée de cette manière est un peu fastidieuse. Dans Chord, le paramètre Sweep se déplace le long d’une table d’ondes pour choisir entre différents timbres de générateur, tandis que Contour règle la profondeur de modulation du cutoff. L’utilisation du verrouillage des paramètres sur le Sweep peut produire certains des sons changeants typiques de la synthèse par table d’onde, surtout si la machine est placée à l’unisson : malgré son nom, Chord peut en fait aussi produire des sons simples plutôt que des accords en utilisant les quatre opérateurs à l’unisson, c’est-à-dire seulement légèrement décalés les uns par rapport aux autres et non éloignés d’intervalles musicaux précis.

En plus des boutons à fonction variable Machine par Machine, d’autres boutons rotatifs ont des fonctions communes quel que soit le générateur sélectionné : Pitch modifie la hauteur sur une plage de +/-24 demi-tons ; Decay agit sur l’enveloppe en raccourcissant ou en allongeant le decay sur une plage de 128 valeurs ; Delay Send et Reverb Send dosent l’envoi vers les deux processeurs de delay et de reverb respectivement ; LFO Speed agit sur la vitesse de l’oscillateur basse fréquence et, s’il est réglé sur des valeurs numériques de 8, 16 ou 32, se verrouille sur les divisions temporelles métronomiques les plus courantes actives à ce moment-là ; Volume + Dist règle le niveau de la Machine et, pour des valeurs supérieures à 60, introduit progressivement de la distorsion sur le son en transit.

D’autres paramètres sont insérables/excluables en appuyant sur un bouton : Punch introduit une pseudo-compression fixe sur le son : comme il peut être automatisé avec le Parameter Lock, il ne peut être inséré que dans certaines étapes de la séquence et agit alors comme Accent. Gate, en revanche, introduit une phase de sustain plate dans l’enveloppe et se prête ainsi aux sons soutenus.

Lisez aussi :  Audio-Technica ATH-M20x : Avis et Test complet

Il existe également un autre bouton qui permet d’accéder à un menu entièrement dédié au LFO. Cet étage de modulation est donc plus polyvalent que ce que la seule commande de vitesse rotative aurait pu laisser imaginer : vous pouvez agir sur le choix de la forme d’onde (Triangle, Sinus, Carré, Dents de scie, Enveloppe, Rampe, Random), la profondeur de modulation, la valeur Multiply de l’horloge à laquelle le LFO oscillera, la destination de la modulation. En ce qui concerne ce dernier paramètre, il convient de noter que le LFO peut être tourné vers la hauteur, l’accordage fin, le Decay, les paramètres de timbre Color, Shape, Sweep et Contour, l’envoi de Delay et de Reverb, la profondeur de distorsion, la modulation Pan, l’activation de Punch et de Gate. De cette façon, le LFO s’avère être une étape clé dans l’économie de Model:Cycles car il affecte grandement la variété des timbres que l’on peut obtenir. Le LFO peut également être réglé pour fonctionner librement ou être forcé à se réinitialiser à chaque déclenchement, à entrer et sortir progressivement en fondu (Fade In/Out), et à être réglé en phase de sorte que la forme d’onde commence toujours à une position spécifique.

Jusqu’à présent, nous n’avons pas parlé de la vélocité, mais le Model:Cycles réagit bien à ce paramètre : la force avec laquelle vous tapez sur les boutons de déclenchement intégrés et le paramètre de vélocité contenu dans les messages MIDI Note On reçus de l’extérieur peuvent en effet être tournés vers une pléthore de destinations. Dans le menu Pad/Vel, vous décidez si les pads internes réagissent à la vélocité ou non, vous dosez la vélocité au niveau de volume souhaité et vous la faites également tourner vers une destination de votre choix parmi Pitch, Fine Tune, Decay, Colour, Shape, Sweep, Contour, Delay Send, Reverb Send, Volume + Distortion, Pan, Punch, Gate, LFO Speed, LFO Mult, LFO Fade, LFO Wave, LFO Start Phase, LFO Trig Mode, LFO Depth. La possibilité de contrôler à la fois le volume et un paramètre de timbre avec une dynamique clé rend les sons de la machine très réactifs, prêts à être modulés de manière vivante et naturelle.

Ces paramètres que nous avons vus jusqu’à présent sont tous réglables individuellement par piste, de sorte que seule la machine affectée à la piste elle-même peut être modifiée, mais au bout de la chaîne de synthèse se trouvent les effets Delay et Reverb, qui sont évidemment communs à l’ensemble de la groovebox. Pour les deux, vous pouvez régler deux paramètres (Size et Tone pour la réverbération, Time et Feedback pour le délai), mais sans pouvoir choisir entre plusieurs algorithmes d’effets tels que Plate ou Room pour la réverbération et Digital, Analog ou Tape pour le délai.

Côté séquenceur

Si le générateur Cycles a réservé de nombreuses surprises agréables car il est plus articulé et polyvalent que la structure semi-preset pourrait le laisser penser, le séquenceur Elektron, en revanche, est toujours une certitude. Et cela est vrai – disons-le maintenant et sans hésitation – également dans la machine examinée. Les motifs sont des conteneurs pour de nombreux types de données différents, ce qui permet de stocker en eux un instantané très précis de tout l’aspect timbral et rythmique de la programmation. En particulier, un motif contient les presets timbraux des six pistes, les réglages d’effets, les données de swing et de quantification du séquenceur, les déclenchements des événements de note et des verrous de paramètres, les verrous conditionnels, les longueurs et les marques des pistes, la vitesse du métronome en BPM, l’état on/off de chaque piste et la transposition du clavier. En pratique, cela signifie que Model:Cycles se reconfigure presque entièrement à chaque changement de motif, ce qui permet de réaliser une grande variété de sessions en direct.

Les motifs peuvent être enregistrés en activant/désactivant chaque étape via les 16 boutons rétroéclairés à la base du panneau, ou en temps réel en tapant sur la touche de la piste que vous souhaitez enregistrer. Dans ce dernier cas, il est également possible de jouer la partie de manière chromatique en utilisant les 16 touches comme s’il s’agissait d’un clavier ou via un clavier externe connecté via MIDI. Un paramètre de transposition vous permet de décaler la hauteur de chaque piste sur une plage de +/- 60 demi-tons.

Si vous enregistrez en temps réel, vous pouvez choisir de quantifier pendant l’enregistrement, de quantifier plus tard, d’agir sur une seule piste ou sur toutes les pistes ensemble. Un paramètre numérique dicte l’intensité de la quantification, obligeant les notes jouées à adhérer de plus en plus rigidement à la grille de quantification. Il est également possible de régler la micro-synchronisation au niveau de l’événement individuel, en déplaçant chaque déclencheur via le menu Trig Nudge. Cela donne une écriture très complexe et vivante, mais nécessite évidemment une idée claire de ce que l’on veut obtenir et une certaine patience pour régler les différents timings. Grâce au menu Retrig, en revanche, il est possible de définir une répétition du déclenchement aussi longtemps que dure la pression du doigt sur le track pad ou la pression sur le clavier MIDI externe. La répétition peut être réglée sur différentes figures musicales, de 1/1 à 1/80 (non, ce n’est pas une erreur, vous pouvez répéter encore plus vite que les soixante-quatrièmes….). La fonction Trig Repeat a un effet similaire à celui de Retrig, mais alors que ce dernier se produit chaque fois que vous générez un événement, Trig Repeat est programmé par l’utilisateur uniquement sur des étapes spécifiques.

Dans le menu Scale, vous réglez les paramètres de longueur, de vitesse et de métrique du motif, avec la possibilité de choisir de les différencier piste par piste, donnant ainsi naissance à des polyrythmes. La longueur peut aller de 1 à 64 pas, tandis que la vitesse et la métrique sont déterminées en réglant le paramètre Scale sur des valeurs de 1/8X, 1/4X, 1/2X, 3/4X, 1X, 3/2X, 2X par rapport au temps métronomique. Le paramètre Change est un autre joyau d’Elektron et détermine le nombre de pas que le motif doit jouer avant d’être mis en boucle ou avant de passer au motif suivant. Le bouton Swing du panneau avant permet de régler la valeur de ce paramètre entre 50 et 80 % séparément pour chaque piste.

sequenceur

La fonction bien connue de verrouillage des paramètres peut être activée sur n’importe quel paramètre contrôlé par les boutons d’édition du son, ainsi que sur les paramètres Note, Velocity et Lenght. Les verrous peuvent être placés sur la piste en mode pas à pas (en tournant la commande souhaitée tout en appuyant sur le pas sur lequel vous voulez travailler), ou en temps réel (en déplaçant les commandes physiques pendant l’enregistrement).

La fonction de verrouillage des présélections vous permet de choisir parmi 64 présélections de timbres et de placer un nouveau rappel de présélection sur le pas souhaité. Cela permet de créer des patterns avec plus que les six sons que les six parties permettraient théoriquement : pour donner un exemple, sur la piste T3 j’assigne les hi-hats et je mets le Preset Lock de sorte que le preset de hi-hat fermé soit présent sur tous les pas sauf le 3/7/11/15, tandis que sur ce dernier je mets un preset de hi-hat ouvert et j’obtiens ainsi la figure classique de hi-hat en upbeat. Un autre exemple (tout aussi trivial, pour être honnête…) pourrait être de mettre une grosse grosse caisse sur le rythme des pas 1/5/9/13, puis quelques coups de grosse caisse plus légers sur d’autres pas entre les deux pour donner du mouvement.

Une autre évolution de cette technique est donnée par la possibilité de faire même des Verrous Machine : comme vous l’aurez deviné maintenant, ici vous changez même le choix de la tonalité Machine pour chaque étape, ce qui donne la possibilité d’assigner la même piste à des instruments complètement différents et donc de créer des arrangements plus complexes que les six parties théoriquement possibles à partir d’une configuration à six pistes.

Les verrous conditionnels sont une autre fonctionnalité puissante d’Elektron : ils permettent de définir une condition dans la logique booléenne afin de déterminer si cette étape sonnera ou non selon un ensemble de règles parmi lesquelles l’utilisateur choisit. Ce mécanisme est également utilisé pour créer des remplissages que l’utilisateur peut appeler en direct : dans ce cas, les étapes définies comme remplissages avec le verrouillage conditionnel ne sonneront que lorsque le bouton Page/Remplissage correspondant sera pressé. Il convient également de mentionner la présence d’un bouton Chance qui ajuste la probabilité qu’une piste soit jouée avec tous ses pas (avec Chance < 100%, tous les pas ne seront pas toujours joués) : il s’agit d’une fonction probabiliste qui peut être réglée à la volée et plus rapidement que le verrouillage conditionnel, mais presque aussi puissante.

Un mécanisme complet de copier/coller permet de copier des étapes, des pistes ou des modèles complets vers d’autres destinations. La fonction de sauvegarde temporaire est ingénieuse : le motif en cours d’édition n’est sauvegardé que temporairement, de sorte que les modifications ultérieures peuvent être effectuées en toute tranquillité : si vous effectuez une modification et qu’elle vous plaît, vous la gardez, et si la dernière modification est nulle, vous revenez au motif temporairement sauvegardé.

Le séquenceur Model:Cycles ne dispose pas d’un mode Song, déprécié depuis longtemps sur les groovebox modernes, mais il vous permet de créer une chaîne de 64 motifs à volonté. Il s’agit d’une fonction utile en direct, mais elle n’est pas sauvegardée lorsque la machine est éteinte.

Côté MIDI

L’implémentation MIDI de Model:Cycles est puissante, il vaut donc la peine de l’étudier attentivement. La groovebox Elektron peut être asservie à une source d’horloge MIDI externe et, en ce qui concerne les données de note, les six pistes peuvent être réglées sur différents canaux MIDI afin de contrôler également différents instruments externes. L’absence d’un Song Mode interne peut être surmontée via MIDI par ceux qui combineront Cycles avec un DAW externe : il y a en effet la possibilité de rappeler des patterns via des commandes MIDI Program Change (PC), allant même jusqu’à automatiser une performance de façon permanente si le projet DAW contenant les PC est sauvegardé.

Lisez aussi :  Yamaha DTX-482K : Avis et Test complet

Cycles peut transmettre/recevoir du MIDI sur des connecteurs DIN pentapolaires uniquement, USB uniquement ou les deux, et vous pouvez également choisir de désactiver sélectivement la réception des notes et des CC MIDI. Avec ce dernier, il est possible d’automatiser/contrôler un grand nombre de paramètres de timbre internes en externe, car pratiquement chaque encodeur du panneau est associé à un CC.

Enfin, le MIDI est également utilisé pour la sauvegarde/restauration de la mémoire interne via des dumps SysEx.

Model:Cycles vs. Digitone : les différences

Si vous avez lu cette longue revue jusqu’ici, les différences radicales entre Model:Cycles et Digitone devraient être claires pour vous maintenant, mais il sera utile de les résumer ici : Digitone est un synthé FM polyphonique complet de huit notes, qui peut être assigné aux quatre parties internes de son séquenceur à la volonté de l’utilisateur. Le montage du son est terminé. Digitone s’adresse principalement aux sons de synthétiseurs mélodieux, mais il est évident qu’en travaillant avec les paramètres d’édition, on peut aussi extraire des grosses caisses, des caisses claires et des charlestons pour créer des parties rythmiques.

D’autre part, Model:Cycles est une groovebox en six parties, chacune monophonique, où vous pouvez sélectionner différentes « Machines » avec génération FM, mais chacune d’entre elles visant une famille spécifique de sons (grosse caisse, caisse claire, etc.).

Dans l’ensemble, même si à première vue ils peuvent sembler se chevaucher, il s’agit plutôt de deux machines assez différentes avec des degrés de complexité différents : plus de synthés Digi et plus de grooveboxes Cycles, bien qu’avec quelques petites gammes qui se chevauchent. Model:Cycles n’est donc pas le « Digitone du pauvre », mais un instrument différent avec sa propre personnalité.

Phase de test

La construction des Model:Cycles est bonne et, franchement, je ne constate pas de baisses exagérées de tonalité, comme certains s’en sont plaints. Par rapport à la série Digi, les matériaux sont certainement moins chers et moins satisfaisants, mais le prix est aussi de moitié, et les attentes de l’utilisateur doivent donc être fixées en conséquence. Les boutons tournent bien avec un bon degré de résistance et sont fermement en place, tandis que les boutons en caoutchouc ont une sensation plus rassurante que les commandes similaires d’autres fabricants. La seule chose que j’aurais aimé trouver en plus aurait été le rétroéclairage RVB des boutons (qui aurait peut-être pu être utilisé pour donner une indication supplémentaire de l’état Muted/Unmuted des pistes et d’autres commandes) et un écran OLED au lieu de LCD pour une meilleure lisibilité. La couleur de l’armoire est laide et les autocollants fournis pour l’égayer ne font, à mon avis, qu’empirer la situation car ils conduisent à un résultat bon marché.

Le séquenceur est et reste phénoménal, avec un équilibre parfait entre l’immédiateté de l’utilisation et la profondeur de la programmation : grâce aux nombreuses astuces typiques d’Elektron, Model:Cycles vous permet de faire des choses dont aucune autre machine de cette catégorie de prix ne peut même rêver. Le bouton Chance fait immédiatement bouger la séquence en faisant varier la probabilité des déclenchements, les Parameter Locks dessinent des mouvements timbraux et de hauteur très intéressants, les Machine Locks permettent de jouer les six pistes comme si elles étaient nombreuses.

L’interface utilisateur met en œuvre deux fonctions par bouton pour presque toutes les commandes physiques et nécessite donc un minimum d’apprentissage, mais ensuite l’utilisation du bouton Func devient une seconde nature et vous volez. La navigation dans les paramètres d’affichage demande un minimum de discipline mentale, mais elle devient elle aussi intuitive après un certain temps.

La possibilité de contrôle via MIDI est très bonne, aussi bien pour rappeler les motifs que pour éditer les paramètres de timbre à partir d’un DAW ou d’un contrôleur externe, bien qu’il faille dire que la programmation faite à bord du Model:Cycles offre pratiquement tout et avec l’avantage supplémentaire d’être sauvegardée dans les mémoires de motifs.

Venons-en au son : Cycles, comme toutes les machines Elektron, « sonne » : ne vous attendez pas à ce que le prix bas implique un timbre fermé, peu dynamique ou peu étendu comme cela arrive parfois chez d’autres fabricants dans les gammes moins chères, car ici le timbre est bien là, plein et puissant. Ce qu’il faut aimer, ce sont les timbres caractéristiques, et c’est ici que s’ouvre la discussion pour savoir si Model:Cycles vous convient ou non : chaque Machine a ses qualités et ses limites, mais elles ont toutes une personnalité très marquée. Ce n’est pas la groovebox habituelle avec des sons de batterie électronique stéréotypés des années 80, mais au contraire le timbre est contemporain, vertical, spécifique.

Elektron Model Cycles 1 2

La Kick Machine est une explosion, elle bat comme l’enfer et est à la fois pleine, sonore et percussive : c’est certainement l’une des plus grandes forces de la machine. Vous pouvez faire beaucoup de choses avec elle et elle a une grande polyvalence. Il se prête bien à des sons allant des kicks 808 aux timbres industriels, en passant par tout le monde de la techno. Dans l’ensemble, une grosse caisse moderne, polyvalente, méchante et percutante, avec un grand potentiel pour travailler également en accord et dessiner des phrases.

La Snare Machine offre toujours des caisses claires très synthétiques, même lorsqu’elles présentent l’inharmonicité typique de l’acoustique. Souvent, le timbre accordé émerge – pas toujours facile à manier – et parfois il s’égare dans le monde d’Arcade. Certains pourraient regretter la « classique » caisse claire 808 et le sampling snare ici, mais d’un autre côté il y a un répertoire de méchancetés 909-esque et beaucoup d’autres sons. C’est certainement l’un des aspects les plus caractéristiques de Model:Cycles, qui peut vous faire l’aimer ou le détester.

La Machine nommée Metal est l’autre aspect vraiment particulier de la machine : le son claquant d’un hochet est presque toujours présent, comme si nous étions devant des cymbales lourdes, sombres et grosses. Il est difficile de donner à Metal le son gracieux et aérien d’un charleston 808 et, une fois encore, la très forte personnalité de la machine s’exprime très clairement. D’autre part, vous obtenez des sons irisés de métal et de verre qui sont vraiment beaux, nouveaux, frais. Model:Cycles ne mâche pas ses mots en matière de son et revendique ainsi un rôle personnel.

Perc Machine est peut-être l’endroit où la nature FM de Cycles ressort le plus, avec des timbres allant de l’acoustique au plastique en passant par le métallique. Il s’agit donc d’un récipient d’une grande polyvalence, dans lequel il est possible de jouer avec des airs différents pour chaque étape grâce au verrouillage des paramètres.

La machine dédiée aux sons accordés, Tone, offre des timbres de basse sombres et très puissants qui peuvent ensuite s’élever pour devenir des synthés accordés, claquants et percutants, avec une saveur toujours numérique. Vous ne ferez pas d’émulation 303 dessus, sachez-le.

Enfin, Chord est la difficile et Ă©nigmatique Machine avec tous ces accords Ă  sa disposition.

Enfin, Chord est la difficile, l’énigmatique Machine avec tous ses accords disponibles qui nécessitent un minimum de connaissances en harmonie, mais elle offre aussi des ambiances house instantanées et crée des ambiances chics et décadentes en un rien de temps. Si vous passez ensuite un peu de temps à changer de type d’accord avec le Parameter Lock, il peut aussi dessiner des tapis harmoniques très complets. Les timbres de base et leur capacité à varier sont magnifiques.

Dans l’ensemble, Model:Cycles semble s’adresser principalement aux genres contemporains. En l’entendant jouer, des mots comme poolside house, minimal techno, dubstep et breakcore, industrial, trap viennent à l’esprit, tandis que le son analogique de la synthwave vit ailleurs. Mais ne prenez pas ces catégories comme des limites, comme des frontières fermées : il s’agit d’une machine qui rapportera gros à ceux qui sauront l’aborder avec engagement et imagination, qui sauront la voir là où les autres ne la voient pas.

Voici Ă  quoi ressemble le son de la Elektron Model:Cycles

Avis final sur la Elektron Model:Cycles

Il est très rare qu’une machine bon marché soit une excellente machine. Avec Elektron Model:Cycles, c’est ce qui se produit, et ce parce qu’il y a une idée centrale derrière, une philosophie très forte de la façon dont chacun de leurs produits devrait fonctionner. Model:Cycles n’est pas une groovebox à taille unique, elle a ses propres sons et sa propre personnalité bien définie : mais si vous aimez ces sons, alors c’est un instrument exceptionnel qui est un incroyable multiplicateur de votre créativité. Il ne se superpose à rien d’autre dans la maison, ce n’est pas la version bon marché de Digitone, ce n’est pas un instrument de compromis.

Au contraire, Cycles est une belle machine, très verticale dans ses sons numériques, qui offre un énorme potentiel tant aux débutants qu’à ceux qui ont déjà des rigs peut-être plus complexes. La distance par rapport aux autres groovebox bon marché – en termes de qualité de timbre et de possibilités – est stellaire, mais au final, cette petite suédoise n’a pas de réels concurrents.

Pour ceux qui n’ont jamais possédé d’Elektron, la courbe d’apprentissage est un peu raide, mais en aucun cas le bourbier impénétrable que les détracteurs de la marque suédoise voudraient vous faire croire. Mais rassurez-vous, ils sont de moins en moins nombreux et écoutés…

Je vous conseille donc vivement d’écouter les sons de Model:Cycles, de comprendre si cette FM est votre type de son et ensuite… de mettre la main au portefeuille ! Je pense, qu’à ce stade, vous avez compris comment je pense.

Avantages
  • Un moteur sonore percutant avec beaucoup de personnalitĂ©.
  • Les verrous de paramètres et conditionnels sont de puissants outils de sĂ©quençage.
  • Flux de travail intuitif et pratique
  • Prix avantageux
Inconvénients
  • L’absence de sorties individuelles est un peu pĂ©nible.
  • Un simple arpĂ©giateur aurait Ă©tĂ© une bonne chose.
Elektron Model Cycles
Évaluez cet article
[Total: 1 Average: 5]

Découvrez notre sélection des meilleures batteries à -600€ !

X
Guide comparatif des meilleures batteries electroniques
Logo