Danny Carey, de Natural Sounds à un juggernaut Alt-Metal avec Tool

telechargement

Lorsque l’on parle du groupe Green Jelly (Danny Longlegs), le nom de Danny Carey apparaît.

Danny Carey est le membre le plus important du groupe qui a bouleversé le monde à la fin des années 80. Pour Carey, jouer de la batterie n’était pas seulement un besoin quotidien, mais cela coulait dans son sang et définissait qui il était.

Lorsqu’on lui demande comment il a commencé, Danny répond : « Je ne sais pas vraiment, il se trouve que lorsque je tenais les baguettes, j’étais bon ». Et cela peut expliquer pourquoi ses styles innovants ont tant contribué à façonner l’industrie musicale.

Son dévouement et son énergie pour la batterie l’ont élevé à des niveaux incroyablement élevés, faisant de lui l’un des batteurs les plus recherchés de son temps. À un moment donné, il semblait que c’était lui qui tenait le Green Jelly ensemble.

La carrière de Danny prend un tournant différent en 1990 lorsqu’il rejoint le futur groupe de métal alternatif Tool. Il joue alors un rôle déterminant dans le façonnement de l’industrie musicale. C’est l’énergie qu’il déploie à chaque tube qui rend son travail reconnaissable de partout.

Il a pu construire sa carrière avec une meilleure exposition depuis qu’il a rejoint le nouveau groupe. Cela lui a peut-être donné l’occasion de puiser dans son esprit créatif et de former des morceaux qui sonneront aux oreilles de nombreux auditeurs pour les années à venir.

La taille de Danny, 6 pieds et 5 pouces, a contribué davantage à sa puissance. L’un de ses camarades de groupe a écrit un jour : « Lorsque Danny tenait les baguettes, c’était comme si sa taille et sa puissance intimidaient les tambours, de sorte qu’ils répondaient à chacun de ses ordres. » Et il n’y a pas de meilleure façon de définir comment le batteur opérait sa magie.

Lisez aussi :  Don Henley, un batteur d'une grande habileté

C’était tout simplement incroyable de le voir jouer. Aujourd’hui, nombre des œuvres sur lesquelles il a travaillé ont été enregistrées, ce qui crée une incroyable imagination dans l’esprit de l’auditeur.

Le natif du Kansas s’est imposé comme l’héritier évident des géants du prog des années 70 comme Neil Peart et Bill Bruford. Son style est très similaire au leur, ou peut-être meilleur, selon les besoins de sa génération. Son style est généralement une combinaison d’ambition cérébrale et d’adrénaline intransigeante.

En d’autres termes, il donne chaque concert avec un talent pour les polyrythmes et les mesures bizarres qui ne peut être décrit que comme incroyable. Il ne s’est pas contenté de jouer parce que d’autres batteurs le faisaient aussi, mais parce qu’il a été inspiré pour offrir quelque chose de plus.

Il était connu pour posséder le don de rendre les sons instrumentaux naturels, avec toutes les émotions et les sentiments. Et lorsqu’on lui a demandé quel était son truc, Danny a répondu : « Cela ne veut rien dire si vous entendez seulement les tambours faire des trucs délicats… ». Pour lui, il ne suffisait pas qu’il y ait un son provenant des tambours.

Il ne voulait pas que les gens disent « ce type qui brûle ». Il voulait plutôt qu’ils disent « ça me rappelle le Maure qui court… » Il voulait que la musique provoque quelque chose en eux, et il a réussi à produire cet effet. Danny a donc été couronné comme l’un des plus grands batteurs de tous les temps.

Guide comparatif des meilleures batteries electroniques
Logo
Shopping cart