SOMA Pulsar-23 : Avis et Test complet

SOMA Pulsar 23

Fruit de l’imagination du fondateur de Soma Labs, Vlad Kreimer, Pulsar-23 est l’un des instruments électroniques les plus fascinants, inspirants et parfois déroutants que nous ayons essayé depuis longtemps.

Décrit comme une « Organismic Drum Machine », il s’agit d’un synthétiseur de percussion à quatre parties basé sur des principes similaires à ceux du Lyra 8 de Soma – reproduisant les interactions au sein d’un organisme vivant grâce à sa conception non linéaire et son interface multi-approches.

À un niveau de base, Pulsar-23 est un synthé à percussion semi-modulaire à quatre voix, avec des générateurs étiquetés Bass Drum, Bass, Snare Drum et Hi-Hat. Les deux premiers sont plus tonaux, et il est possible de les jouer mélodiquement en utilisant des routages MIDI et/ou CV. La grosse caisse est une forme d’onde triangulaire accordable avec un balayage de hauteur réglable, capable de produire des sons de coups de pied analogiques classiques et charnus, mais formidable pour des sons de basse plus longs lorsqu’ils sont soutenus ou joués mélodiquement.

Caractéristiques du SOMA Pulsar-23

La basse est un simple monosynthé analogique mais avec un mode secondaire Percussif avec un timbre légèrement plus bruyant. Chacun des sons du Pulsar possède une palette sonore distincte et – avec des commandes identiques d’enveloppe d’ampli, de volume et d’envoi d’effet – son propre ensemble de paramètres à ajuster et à moduler.

Pour la grosse caisse, ces paramètres comprennent des commandes pour l’accordage et le balayage de la hauteur, ainsi que des points de patch énigmatiques étiquetés « WTF ? La Bass dispose d’un filtre passe-bas résonant, ainsi que de paramètres Shape et Warp contrôlant respectivement la forme initiale de l’osc et la mise en forme des ondes.

La caisse claire est principalement basée sur le bruit, avec un contrôle de mixage ajustant l’équilibre entre le bruit rose et un mode de bruit spectral plus caractéristique. Elle dispose également d’un paramètre Clap, qui introduit une attaque décalée dans le son et peut être poussé à une longueur assez extrême, créant ainsi des sons percussifs intéressants.

SOMA Pulsar 23 Black

Enfin, le générateur de charleston est un chapeau de synthé à la sonorité métallique assez classique. Il dispose d’un filtre passe-haut résonant, d’un accordage et d’un contrôle Warp qui ajuste le spectre du bruit. Combiné à l’enveloppe de l’ampli – une conception AR, comme pour tous les sons de batterie – ce paramètre Warp peut pousser le chapeau dans la zone du shaker ou du tambour synthétisé.

Ces descriptions superficielles des générateurs de sons ne rendent peut-être pas justice à chacun d’entre eux. Plus vous creusez dans les contrôles de voicing de chacun d’entre eux, plus la gamme se révèle, en particulier lorsque vous tenez compte des points de patch semi-modulaires. Ces entrées « WTF ? » et « OMG ! », par exemple, sont comme des outils pratiques de pliage de circuit – il n’y a pas la place pour les détailler ici, mais Kreimer a produit d’excellents tutoriels approfondis sur YouTube.

La connectivité, tant interne qu’externe, est la clé de la particularité de la Pulsar-23. L’un des éléments les plus remarquables de la conception est la vaste gamme de broches réparties sur l’ensemble de l’interface utilisateur.

Il s’agit de points de patch permettant de réacheminer les différents éléments sonores et utilitaires, ce qui peut être fait soit à l’aide des pinces crocodiles fournies, soit en plaçant des fingues sur les broches pour laisser votre corps lui-même conduire les signaux – avec des résultats plus expressifs et moins prévisibles. Le Pulsar-23 est conçu avec une philosophie brillamment ouverte et expérimentale.

Comme avec la plupart des appareils modulaires, aucune distinction n’est faite entre les signaux de contrôle et les signaux audio, de sorte que dans de nombreux cas, ils peuvent être utilisés de manière interchangeable pour pirater des fonctions supplémentaires du moteur sonore – par exemple, en utilisant l’horloge ou le LFO comme générateurs de sons, ou en utilisant la grosse caisse comme source de modulation.

Le Pulsar-23 est également conçu pour éliminer le risque de « mauvaises » connexions – bien qu’il réponde à des signaux de tension entre 0 et 10 volts, la plage de tension admissible pour ses entrées est de -20 à +20 volts, et toutes les entrées et sorties sont protégées contre les surcharges. Par conséquent, vous pouvez approcher le Pulsar-23 avec un état d’esprit « essayez n’importe quoi », en patchant des éléments internes et externes au hasard, juste pour voir ce qui se passe.

Il est intéressant de noter que, bien que la plupart des broches du Pulsar soient étiquetées comme entrées ou sorties, comme la plupart des équipements semi-modulaires standard, plusieurs sont conçues pour pouvoir agir comme les deux. Par exemple, les générateurs d’enveloppe pour chaque module de son ont des connexions de déclenchement qui sont à la fois entrée et sortie, capables de recevoir un signal pour déclencher les enveloppes ou d’émettre des déclenchements eux-mêmes, et leur comportement changera en fonction de ce qui leur est connecté.

Bien que le système de broches et de pinces crocodiles ne soit pas particulièrement compatible avec le matériel externe en lui-même, le Pulsar-23 ne manque pas d’outils pour s’interfacer avec le monde extérieur. Sur le panneau avant se trouvent huit points de connexion modulaires de 3,5 mm, rejoints par six jacks de taille normale à l’arrière (en plus du jack de sortie principal).

Chacune de ces connexions possède sa propre broche, ce qui signifie qu’elles peuvent être acheminées vers/depuis n’importe quel élément de synthé disponible et agir comme une entrée ou une sortie à des fins audio ou de contrôle. Sur le plan audio, cette abondance d’E/S est une bonne chose car elle permet aux utilisateurs de faire des choses créatives comme créer des sorties stéréo, acheminer l’audio à travers le moteur et les effets du Pulsar, et créer des boucles de rétroaction inhabituelles.

SOMA Pulsar 23

Côté contrôle, le Pulsar offre non seulement des E/S mais aussi une abondance d’utilitaires de style modulaire, dont des atténuateurs, des inverseurs, une conversion MIDI vers CV, deux VCA indépendants, des diviseurs d’horloge, des diodes, des condensateurs, des formateurs d’impulsions et plus encore. Il y a aussi une paire de capteurs tactiles routables, qui peuvent envoyer un CV variable créé en plaçant un finger sur leurs deux pads. En fait, pour les utilisateurs de modules, le Pulsar présente de solides arguments en faveur d’un hub utilitaire incroyablement bien équipé, même en ignorant son moteur sonore.

Cette flexibilité se retrouve dans la façon dont le Pulsar peut être contrôlé. Bien qu’il n’y ait pas de séquenceur à pas traditionnel, comme on en trouve sur la plupart des boîtes à rythmes standard, il existe de nombreuses façons de déclencher les quatre modules. Il y a un port MIDI externe à l’arrière, et une fonction d’apprentissage MIDI très pratique, permettant à la Pulsar d’être facilement déclenchée à partir d’un DAW ou d’un séquenceur MIDI externe.

Lorsqu’il est utilisé avec un contrôle MIDI externe, le module Bass peut être joué de manière mélodique et soutenue pour créer des bourdons et des mélodies (il est possible de contrôler le pitch de la grosse caisse via CV, ou via MIDI en utilisant le convertisseur MIDI-CV intégré). Lorsqu’ils sont utilisés avec le MIDI, tous les sons sont sensibles à la vélocité et la basse répond au pitch bend et au portamento.

Théorie du chaos

L’outil Shaos de Pulsar est un générateur pseudo-aléatoire conçu pour générer des motifs rythmiques spontanés. Son nom est un portmanteau de shift register et de chaos, les deux éléments primaires qui composent sa conception. Il peut être utilisé pour créer des séquences d’impulsions en boucle d’une longueur de 16, 63 ou 217 impulsions, qui peuvent être synchronisées avec l’horloge interne ou externe.

Les sorties sont multiples, offrant des modes 1bit et 2bit – qui modifient le nombre d’états du signal de sortie – et des sorties sample and hold 1bit et 3bit. Ce type de générateur de séquences a de nombreuses utilisations, mais l’une des plus simples est de générer des motifs intéressants de chapeau ou de shaker. L’horloge de Shaos peut également atteindre des taux audibles et peut être modulée, de sorte que vous pouvez même l’utiliser pour des effets de synthèse de modulation bizarres.

Performances du SOMA Pulsar-23

Sur le panneau supérieur, chaque module dispose d’une connexion de déclenchement (entrée et sortie), permettant de déclencher chaque son à l’aide d’un CV externe ou de sources internes telles que le diviseur d’horloge ou le LFO. La façon la plus intéressante de séquencer les sons est d’utiliser les séquenceurs à déclenchement de Pulsar.

Il s’agit d’enregistreurs en boucle qui enregistrent, jouent et superposent les déclenchements entrés à l’aide de touchpads en métal. Par défaut, ils sont synchronisés avec l’horloge interne, mais chacun d’eux peut être synchronisé séparément pour créer des polyrythmes inhabituels. Les séquenceurs peuvent enregistrer trois niveaux de vélocité et disposent d’une fonction quantise simple qui permet d’accrocher les déclencheurs à une grille de 16 pas dans la boucle.

SOMA Pulsar 23 Black pochette

Pulsar-23 est cependant le plus excitant lorsque ces approches sont utilisées simultanément. Vous pouvez, par exemple, envoyer des données MIDI et/ou CV à un module en même temps que vous utilisez l’enregistreur de boucle, ou utiliser les broches d’entrée/sortie de déclenchement pour enchaîner un son à un autre.

Comme c’est le cas pour la plupart des travaux du Pulsar-23, les résultats peuvent être imprévisibles. Bien que ce sentiment d’imprévisibilité « organique » soit en quelque sorte le but, et qu’il puisse certainement rendre le Pulsar-23 créatif et inspirant, il peut irriter certains utilisateurs avec sa tendance à se comporter souvent pas tout à fait comme prévu.

Il est arrivé à plusieurs reprises que nous soyons pratiquement certains de savoir ce que nous faisions avec ses outils de génération de sons et de séquençage, mais qu’un patch ou une fonction produise quelque chose de plutôt inattendu – et nous n’étions jamais tout à fait sûrs que c’était nous ou la machine en faute.

Les effets sont conçus pour encourager l’expérimentation et la modulation. Avec des patchs créatifs, vous pouvez obtenir de merveilleux effets de type dub et des textures étranges.

La final principale corde à l’arc du Pulsar est sa gamme d’effets intégrés. Ceux-ci sont divisés en deux sections – une distorsion maîtresse analogique et un délai et une réverbération DSP. Le premier est assez simple, avec seulement des contrôles de Drive et Mix, mais il complète bien les sons et peut ajouter du grain et du poids aux sons.

Les effets DSP sont plus complexes ; ici, nous avons des canaux distincts pour la réverbération et le délai. Les sons ne peuvent être envoyés que vers l’un d’entre eux à la fois en utilisant les départs d’effets internes, mais les deux disposent d’entrées et de sorties patchables, ce qui vous permet de diriger n’importe quel son vers les deux et de configurer divers routages d’effets croisés/de retour.

Il y a trois modes pour le module d’effet – liés pour le délai et la réverbération – offrant un délai passe-bande à une prise et une réverbération de hall, un délai à deux prises et un algorithme de hall différent, et un délai et une réverbération à décalage de hauteur. Bien que les deux canaux d’effets soient mono, le délai à 2 prises offre un mode stéréo dans lequel les sorties du délai et de la réverbération deviennent des canaux stéréo avec les deux effets mélangés.

Les effets sont conçus pour encourager l’expérimentation et la modulation, offrant de multiples points de patch acheminés vers des paramètres tels que le temps de retard, la hauteur, le feedback et la modulation d’horloge DSP. En faisant preuve de créativité, vous pouvez obtenir de merveilleux effets de type dub et des textures étranges.

Voici à quoi ressemble le son de le SOMA Pulsar-23

Avis final sur le SOMA Pulsar-23

En tant qu’ensemble complet, le Pulsar-23 ne plaira pas à tout le monde – ce n’est pas une machine à tout faire. La création de sons est autant un processus d’accidents heureux qu’une conception sonore minutieuse. Il s’agit cependant d’un instrument véritablement unique, conçu pour inspirer la créativité plutôt que d’être bizarre pour le plaisir. Dans l’ensemble, il s’agit d’une machine à musique bien conçue et extrêmement puissante – et nous sommes très heureux qu’elle existe.

Le Pulsar-23 est assez excentrique, mais c’est aussi l’un des instruments les plus puissants, créatifs et inspirants du marché actuel.

Avantages
  • Conception unique, avec des options créatives infinies.
  • Excellente sonorité pour les sons percussifs et mélodiques.
  • Assez d’entrées/sorties et d’utilitaires pour servir de hub modulaire pratique – même sans tenir compte du moteur/effets de synthèse.
  • Excellents effets DSP.
Inconvénients
  • Le workflow est complexe et, parfois, un peu imprévisible.
  • Pas de séquenceur pas à pas standard.
  • Coûteux.
SOMA Pulsar 23
Évaluez cet article
[Total: 1 Average: 5]
Guide comparatif des meilleures batteries electroniques
Logo