Steve Gadd, et son style de batterie tonitruant

Steve Gadd

Lorsque vous pensez à des batteurs ayant du talent, Steve Gadd devrait vous venir à l’esprit.

Steve Gadd est donc une légende à part entière. Et il n’y a pas de meilleure façon de le décrire que les propos de Pete Fairclough. Le batteur de jazz britannique a déclaré que :

« Steve Gadd ne se contente pas de jouer un groove, il creuse une tranchée ».

Cela signifie que le batteur ne suit pas ce que les autres ont fait, mais qu’il trace sa propre voie et l’utilise pour produire les grooves les plus incroyables. Ceux qui aimaient écouter ses performances ont compris que le style du batteur consistait à faire de la musique de qualité plutôt qu’à simplement impressionner son public.

Steve Gadd est au sommet de sa carrière dans les années 1970. Il était très recherché dans tout New York car il essayait d’apporter une nouvelle approche de la batterie. C’est son dévouement et la force de ses cordes qui lui ont valu une place parmi les meilleurs. Il affirme avoir joué trois sessions par jour.

Un tel emploi du temps exige un entraînement très sérieux, la maîtrise de différents genres et la volonté d’investir du temps derrière les baguettes. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a été capable, pendant plus d’une décennie, d’apporter un funk profond et doux à la musique rock.

Nombreux sont les meilleurs batteurs et les fans qui ne croient qu’en la lourdeur du métal, délivrant un son tonitruant à chaque frappe. Mais Gadd a réussi à faire ressortir quelque chose de différent. Il a abordé le genre avec des grooves si subtils, mais si profonds, que cela a encouragé de nombreuses personnes à écouter son travail.

Lisez aussi :  Jamie Morrison : producteur et batteur de Stereophonics

C’est peut-être grâce à cela qu’il était capable de donner trois représentations par jour. Et lorsqu’il s’agissait de montrer ce que signifie être un vrai batteur, Gadd n’était jamais à court d’astuces pour que même les morceaux les plus simples semblent totalement nouveaux.

Plusieurs projets sur lesquels il a travaillé résonnent encore aujourd’hui. L’un d’eux est la syncope de « 50 Wats to Leave Your Lover » de Paul Simon.

C’est l’une des œuvres qui ont fait parler d’elles et qui ont suscité l’émerveillement devant sa créativité. Et si vous ne l’avez pas écouté, vous avez peut-être entendu les hi-hats slurp et les fills monstres sur « Aja » de Steely Dan. Il ne s’agit là que de ce que beaucoup connaissent. Mais il n’y a pas qu’eux, Gadd a signé son groove dans des centaines d’autres morceaux.

Une autre performance exceptionnelle du batteur est enregistrée dans le sentiment disco numéro un de Van McCoy « The Hustle ». Depuis des générations, ce morceau est une référence pour les batteurs qui cherchent à améliorer leurs compétences globales en matière de batterie.

Steve Gadd à la batterie

Chick Corea a dit un jour que « tous les batteurs veulent jouer comme Gadd », car chaque note qu’il joue est délivrée avec une précision et une perfection incroyables.

C’est une preuve suffisante que Gadd n’était pas seulement un batteur, mais aussi un mentor. Comme l’indique encore Corea, le batteur s’intéressait ouvertement à la conception orchestrale et compositionnelle de la batterie.

En d’autres termes, quiconque apprend de lui est capable de jouer de la batterie et, en même temps, de faire preuve d’une grande imagination avec la capacité de swinguer.

Lisez aussi :  Michael Shrieve, de Santana aux Rolling Stones, une formidable polyvalence

Guide comparatif des meilleures batteries electroniques
Logo
Shopping cart