Dale Crover, le batteur qui frappe fort

Dale crover

Dale Crover a joué dans Nirvana parce qu’il est le meilleur. Et quand on voit quelqu’un recevoir une telle reconnaissance de la part de quelqu’un comme Dave Grohl, c’est qu’il est effectivement le meilleur.

Ceux qui ont écouté Dale Crover s’accordent à dire qu’il est le meilleur au monde, et son travail peut servir de référence lorsqu’on recherche les meilleurs interprètes. Dave Grohl a dit un jour que si les choses ne fonctionnaient pas avec lui, Dale trouverait toujours une solution.

Peut-être est-ce simplement dans sa nature d’impressionner tous ceux qui l’entourent, ou qu’il a une certaine façon de faire en sorte que son travail soit reconnu même par ceux qui ne sont pas très férus de musique.

Depuis plus de 30 ans, les empreintes de Crover ont foulé le monde, et son son résonne partout. Sa façon unique de faire sonner les morceaux les plus simples avec une qualité incroyable suscite l’admiration de nombreux autres batteurs.

Lorsque l’on écoute les neuf titres et faces B de Nirvana Breach officiellement publiés, on entend clairement le travail de Crover, qui pose les bases de chaque morceau. Mais ce n’est pas son principal centre d’intérêt. Son concert le plus important est celui qu’il donne actuellement, depuis plus de trois décennies, au sein de l’institution art-sludge des Melvins. C’est là que l’on peut vraiment sentir ses traces et que son impact se propage à travers les âges.

Crover a été connu sous de nombreux noms, tous liés à son travail. Certains le qualifient de machine à tremblement de terre à parts égales, en référence à son énergie et aux sons tonitruants qui émergent de sa béquille.

Lisez aussi :  Jack DeJohnette : un pianiste et un batteur créatif

Lorsque la musique exige des coups durs, Dale Crover s’exécute sans hésiter. Et s’il faut jouer des notes graves et douces, l’auditeur ressent toujours l’émotion contenue dans la musique, comme si elle lui parlait directement. Mais il est surtout connu comme l’homme qui frappe fort, car la plupart des chansons sur lesquelles il a travaillé sonnent très fort. Il n’a jamais déçu lorsqu’il s’agit de donner le meilleur de lui-même.

En termes de compétences, on appelle Crover le mathématicien ad hoc, en se basant sur le flux et le reflux de l’œuvre « Beefheart » de Buzz Osborne. Le batteur ne se contente pas de battre les tambours parce qu’ils sont là pour être frappés. Il calcule chaque mouvement, posant la baguette avec juste ce qu’il faut d’énergie.

Chaque morceau sonne différemment d’un autre. Et c’est ainsi que Crover s’assure que son travail innovant traverse les générations. La musique n’a jamais été aussi douce qu’avec Crover au trône de la batterie,

L’inspiration majeure de Crover vient de son amour pour Kiss et Zeppelin. Et sa tonalité distincte émerge des tom-toms qui sonnent avec de grandes explosions comme s’il s’agissait de nombreux canons qui résonnent en même temps.

Il produit des sons grésillants à partir des lattes métalliques, tandis que la contrebasse crachote en réponse à son mouvement. Tous ces sons sont produits avec une attaque trempée de sueur qui bat encore avec plus d’énergie qu’un batteur plus jeune.

Tout au long de sa carrière, Crover n’a jamais perdu la main. C’est grâce à sa constance qu’il continue d’avoir un impact sur le monde de la musique. Ses styles inspirés ont conduit à d’autres développements.

Lisez aussi :  Bernard Purdie, également connu sous le nom de Mississippi Bigfoot

Guide comparatif des meilleures batteries electroniques
Logo
Shopping cart